13 décembre 2007

Réussite toute cuite.

IMGP3197

Je voudrais un peu de réussite toute cuite s’il vous plaît, car je suis fatigué, tous ces ratés travaillés, ces années, me prennent à la gorge alors je vais la couper. Finir, car rien ne commence jamais, m’égorger à défaut d’avoir été. Je n’angoisse plus, je disparais – et quand je n’aurai plus d’argent, je me pendrai. Je souhaite seulement n’avoir pas comme à chaque fois, pour faire semblant de me sauver, une nouvelle impossibilité à espérer. Je m’égorgerai ou je me pendrai, je ne sais pas, mais, au dernier moment s’il vous plaît, ne me faites pas le coup d’une petite réussite toute cuite : ça ne prendra pas. J’ai derrière moi, pour petite vie, des échecs à l’infini ; j’ai devant moi, pour tout espoir, le rhum d’hier soir. Or, de celui-là, je ne veux pas. Les petits-déjeuners alcoolisés, les tranquillisants en fin de journée, et au milieu les envies de pleurer : je n’en veux plus mais déjà ai-je avalé la première gorgée et je me sais continuer jusqu’à me voir au fond du verre et puis jusqu’à terre, jusqu’à être assommé, et je prie là pour qu’on ne me relève pas, je voudrais m’allonger, un peu de repos s’il vous plaît.

Posté par katar à 10:48 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Réussite toute cuite.

    Tes mots sont toujours si bouleversants...

    Posté par reevolution, 29 décembre 2007 à 13:39 | | Répondre
  • je ne dirais rienje sais que tu n'aimes pas, mais je suis là aujourd'hui comme ce jour là il y a une année..............et l'angoisse de te savoir si mal...........je te souhaite le meilleur.....k

    Posté par aR, 13 décembre 2008 à 00:08 | | Répondre
Nouveau commentaire