16 février 2007

Maldoror à télécharger

J’avais très succinctement parlé de Les Chants de Maldoror illustrés par LL de Mars et mis en page par Alain Hurtig, publié aux éditions 6 pieds sous terre (qui ont un blog, d'ailleurs). Le PDF du livre est téléchargeable ici, quand le serveur le permet. Ne vous en privez pas, le travail est superbe.
Posté par katar à 16:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 février 2007

Défini ?

L’amour est un rêve qui enfle, puis crève.
Posté par katar à 01:34 - Commentaires [16] - Permalien [#]
10 février 2007

Je suis innocent.

Apparemment une anomalie affecte mon blog : les commentaires qu’on a la gentillesse de rédiger ici n’apparaissent pas. Je présente donc mes excuses à ceux qui en ont pâti tout en clamant mon innocence. Edit : en fait, non. Certains commentaires apparaissent. Il y a des privilégiés, mais je ne m’explique pas le phénomène.
Posté par katar à 19:07 - Commentaires [7] - Permalien [#]
06 février 2007

S'il vous plaît, partez.

Sur une enveloppe froissée, elle avait écrit (…) le mal que je t’ai fait et (…) l’amour, pour me faire pardonner. Elle m’a enlacé, embrassé, elle a murmuré Fais de moi ce qu’il te plaît – fais de moi ce qu’il te plaît alors je l’ai caressée –, elle m’enlaçait, m’embrassait, répétait s’il te plaît. Elle pleurait, alors je l’ai enlacée, embrassée, répétais s’il te plaît ; elle souriait, alors je continuais ; je pleurais, alors elle répétait – et moi je crois qu’elle m’aimait et moi je répète Souvenirs, partez… S’il vous... [Lire la suite]
Posté par katar à 15:06 - Commentaires [2] - Permalien [#]
04 février 2007

La perfection est un sacrifice trop grand pour moi / Bis repetita.

J’écrivais, j’essayais. Des mots que j’avais déjà dits ailleurs. Voilà ce que j’écrivais un jour d’avril 2004, que sans savoir je tentais de réécrire aujourd’hui. Ce fut , je crois, mon seul essai d'écriture automatique. On en perçoit les limites.   Ça fait longtemps que je n’ai rien écrit ici, oui ça fait longtemps, parce que je n’écris pas quand je n’ai rien à dire, surtout pas mon emploi du temps, et je ne veux pas dire qu’il pleut ou qu’il fait froid, sauf si c’est plus que ça. Alors je me tais. Je pourrais bien... [Lire la suite]
Posté par katar à 01:30 - Commentaires [5] - Permalien [#]
30 janvier 2007

Si ça ne t'embête pas.

Si ça ne t’embête pas, j’aimerais pas à pas m’approcher de toi. J’ai en moi une inquiétude qui ne se laisse pas dire, des sourires qui ne savent comment sortir. Viens là et l’inquiétude se montre et se dit, déjà s’affaiblit, viens là et quelque sourire te cherche et passe l’orée, devient trop grand pour rester caché. Va-t-en et rien ne disparaît, car tu reviendras. Si ça ne t’embête pas, approche-toi et dis-moi qui doit faire le dernier pas. Dis-moi, si vraiment je m’approchais, quand me dirais-tu Ne bouge pas ?Quand tu t’en... [Lire la suite]
Posté par katar à 15:11 - Commentaires [6] - Permalien [#]

22 janvier 2007

Dernier jet ?

[...] * J’ai une amie, pas deux pas trois, une seule comme celle-là, qui se mutile pour dire quoi je sais pas. J’ai une amie, pas deux pas trois, qui s’écorche, se détache la peau, se taillade aussi le dos parce que c’est nouveau. Elle voudrait crier quand elle le fait mais quoi dire ? Elle reprend l’anorexie pour affamer le tourment. Elle essaie tous les moyens, tous les outils, ils tueraient un homme mais sa peine n’est pas humaine. Une deux trois, le compas. Les saignées ne purgent pas, seule la vie s’en va. Quatre... [Lire la suite]
Posté par katar à 17:44 - Commentaires [20] - Permalien [#]
22 janvier 2007

À bientôt.

Toi qui souffres, qui que tu sois, entre, dors, mange, reprends espoir, ici on t’aime.
Posté par katar à 11:15 - Commentaires [7] - Permalien [#]
19 janvier 2007

Hors aparté.

En aparté je songe souvent à fermer.Ça sent la fin de blog.
Posté par katar à 21:55 - Commentaires [16] - Permalien [#]
18 janvier 2007

Vivre et laisser mourir.

Dans un morne champ se croisent et se saluent parents défunts et amours mortes, en une langue que je ne comprends pas – dont je crois que chaque mot parle de moi. Dans leur sabir, les morts me sifflent – mais je viendrai pas : j'ai trop d'espoir. Et détournant le regard leur rumeur me fait peur. Je n'ai qu'eux à voir et nulle part où me cacher, sauf dans le néant. Peut-être demandent-ils à disparaître enfin ? Il m'effraie d'envisager qu'un jour ils ne demanderont plus, mais exigerons. Car ce jour, peut-être, deviendrai-je... [Lire la suite]
Posté par katar à 12:38 - Commentaires [7] - Permalien [#]